En mode riddim avec Conquering Sound

En amont de leur prochain concert aux Passagers du Zinc le 14 avril à Avignon, rencontre avec le duo hyperactif du Conquering Sound System. Un concert au cours duquel ils célébreront leur première galette auto-produite « My Enemies Riddim » en compagnie de Sir Jean, LMK et Djanta. Entretien à 10 questions.

A quand remonte votre amour pour le reggae et son univers ?
Julien : En 2005, je suis allé à un concert de reggae un peu par hasard. Il y avait Lyricson, Israel Vibration et Anthony B. dans cet ordre. L’un après l’autre, ils m’ont tous plus convaincu les uns que les autres. J’ai attrapé le virus ce soir-là. Le lendemain, j’avais déjà un premier bouquin sur le reggae entre les mains et je découvrais toute la richesse de cette culture et la variété musicale qu’elle renferme.
Ben : A la première fois que j’ai entendu Bob Marley. Puis un peu plus à chaque découverte !

Si il fallait choisir, vous êtes plutôt roots, rub a dub, new roots, rocksteady ou dancehall ?
Julien : Impossible de choisir. C’est justement la diversité de la musique jamaïcaine qui fait que j’aime le reggae au sens large. Mais je dois avouer que c’est le new roots des années 90-2000 qui m’a clairement fait découvrir tout le reste.
Ben : Rub a Dub sans doute !

Pour les non initiés : c’est quoi un show en mode sound system ?
Julien : Historiquement, les sound systems sont les premiers moyens de diffusion de la musique produite par des Jamaïcains. Comme les radios de l’île ne passaient que de la musique américaine à l’époque, les habitants ont créé leur propre moyen de diffusion dans les rues. Aujourd’hui, cette culture s’est répandue partout dans le monde et a évolué sous plusieurs formes. Mais en gros, c’est un show avec des platines, des MCs et des enceintes !
Ben : C’est une performance qui répond à des codes assez précis. Pour les non initiés, ce n’est pas toujours compréhensible, mais pour nous c’est un régal !

Pourquoi avoir choisi le nom Conquering Sound ?
Julien : C’était le propriétaire du premier sound system avec qui je jouais à Grenoble dans les années 2007-2008 qui m’a donné ce nom. Il s’appelait Lion Sound System et il voulait que je sois Conquering Sound, en référence au Conquering Lion, un des titres d’Haïlé Sélassié, couronné Empereur d’Ethiopie en 1930 et vu par les rastas comme le Messie. Moi je ne suis pas rasta, mais cette culture m’influence souvent et j’aime beaucoup le fait de suivre les conseils de ses aînés.
Ben : Je ne l’ai pas choisi car je n’étais pas là au tout début de l’aventure, mais ça reflète bien notre envie d’avancer !

Vous tournez beaucoup avec Sir Jean. Qu’aimez-vous chez lui ?
Julien : Sa voix rauque et puissante et ses quelques fausses notes tellement séduisantes. Son énergie scénique. Son phrasé. Sa sincérité.
Ben : Sa personne, son humanité, sa vision des choses, que l’on partage beaucoup, mais j’aime aussi beaucoup quand il déchire le micro et la scène !

Idem pour Patko ?
Julien : Son côté sauvage. Son sens de la mélodie. Son phrasé. Le mélange des cultures qu’il représente.
Ben : Sa sensibilité, son humour, sa force , sa musique… C’est un homme de grands talents.


Qu’est-ce ça fait d’avoir sorti vos premiers cd et vinyles faits maison ?
Julien : C’est tout simplement un aboutissement. Même si on ne l’a pas formulé depuis nos débuts, ça a toujours été un objectif secret… Le vinyle est un format qu’on affectionne particulièrement et on tenait à apporter notre pierre à l’édifice. C’est un aboutissement, mais certainement pas une fin !
Ben : De la gratitude, de l’émotion. Après beaucoup de travail, cela fait du bien. Et une grande envie d’en faire d’autres !

Quel est votre regard sur la place de la musique actuelle en France ?
Julien : En ce qui concerne le reggae, c’est à la fois séduisant et rageant de ne pas le voir dans des médias grands publics. Cette musique touche bien plus de gens que ce que l’on veut nous faire croire. Mais son côté underground, militant et rebelle a une grande part dans l’intérêt que le public lui porte. Donc au final, peut-être qu’il doit rester un peu difficile d’accès. C’est aussi agréable de devoir chercher longtemps avant de découvrir certaines musiques…
Ben : La musique et les artistes reflètent ce que la société est. Et j’avoue penser qu’on parle et exprime beaucoup plus la futilité aujourd’hui que les messages profonds, à un tournant crucial de l’Histoire, autant en musique que dans la vie de tous les jours. J’aimerais un peu moins de David Guetta et un peu plus de Kery James !

Pour ou contre la dépénalisation voire la légalisation du cannabis ?
Julien : Vaste débat… En tout cas pour une sensibilisation juste et pas une propagande anti-drogue dénuée de sens et pour une disparition des clichés. Le cannabis a bien sûr un lien fort avec le reggae de par les rastas qui le consomment à des fins spirituelles. Mais il ne faut pas confondre ça avec la défonce pure et dure.
Ben : Ah je ne suis pas contre !

Quel est votre plus grand rêve ?
Julien : Forcément mettre les pieds en Jamaïque une bonne fois pour toute !
Ben : Vivre vieux entouré de mes amis, de pleins d’enfants et de petits enfants !!!

Recueilli par Florian Dacheux
© photo Ninon Duret

En savoir plus ?
https://www.conqueringsound.com/

#Rendez-vous le 14 avril 2017 aux Passagers du Zinc.
23, route de Montfavet // Avignon.
CONQUERING RECORDS PARTY :
SIR JEAN + LMK + DJANTA + CONQUERING SOUND
Ouverture des portes à 20h30
Tarif Unique: 10€ 
1 CD My Enemies Riddim offert avec chaque place.