Vous pouvez éteindre vos télés

Cruelle désillusion dimanche soir pour l’équipe de France, battue en finale de l’Euro par le Portugal (1-0). Mais la victoire est ailleurs, celle d’avoir rassemblé tout un pays, au moins pendant un mois.

Cristiano Ronaldo sort sur blessure. Tout le monde se dit que c’est dans la poche. Et pourtant. Ronaldo n’avait jusqu’ici pas réalisé un très grand Euro et ne se serait pas retrouvé en finale sans la force collective de ses collègues moins connus de la Seleçao. Une équipe compacte qui défend bien. Habituée des prolongations, leur troisième dans cet Euro au bout de laquelle le Lillois Eder planta un tir du droit à ras de terre dans le petit filet de Lloris. Malheureux pour des Bleus qui ont eu les occasions pour l’emporter. Peut-être trop confiants, aussi. Il ne fallait pas faire preuve d’arrogance face à un peuple dont plus d’un million vit et travaille en France. Dans le sport tout est possible et l’équipe de France a manqué de réalisme le soir où il ne fallait pas. Pourquoi Kanté, meilleur joueur tricolore en phase de poules, n’a t-il pas été titularisé dans un 4-4-3 bien plus efficace pour la bataille du milieu de terrain ? Suspendu, ce dernier n’avait pas participé à l’écrasante victoire face à l’Islande, et le onze de Deschamps n’a plus changé. Mais on ne va pas commencer à utiliser des si. Le Portugal est champion d’Europe. Cela évitera à la France de plonger une nouvelle fois dans l’illusion d’un pays uni. Nous ne sommes plus en juillet 1998. Il est temps que la France se réveille. Vous pouvez éteindre vos télés. Ressortir dans la rue. Sans oublier que, la veille, vous chantiez tous ensemble, quelle que soit votre couleur de peau. Vous étiez fiers et heureux.