Griezmann fait tomber le rideau vert

La France a battu l’Irlande 2-1, dimanche, au Parc OL, et rejoint ainsi les quarts de finale de l’Euro. Une qualification dans la douleur.

Une entame de match faiblarde. Une faute malheureuse de Pogba. Penalty. 1-0 pour l’Irlande. Nous jouons la 2e minute de la rencontre et les premiers signaux nous délivrent un scénario catastrophe. Les Irlandais défendent, n’alignent pas plus de deux passes consécutives, gagnent du temps en jouant la comédie bien connue du footballeur fauché. Effleuré. Pogba tente de se rattraper sur coup-franc direct. Payet bute sur une forêt de joueurs. Après quatre minutes de temps additionnel dans cette première mi-temps, tout ce petit monde regagne les vestiaires, sous la bronca du Parc OL. Une pause qui fera du bien. Dès l’entame de la seconde période, les observateurs découvrent des Bleus transfigurés. Matuidi est repositionné axe gauche, Pogba axe droit. Deschamps choisit également de remplacer Kanté par Coman et sa vitesse dévastatrice. Le plan fonctionne parfaitement, ponctué par un double coup de Griezou. C’est en effet le natif de Mâcon, non retenu plus jeune par le centre de formation de l’OL, qui fait chavirer tout un stade à l’heure de jeu. En trois minutes chrono. D’abord sur un centre de Sagna, lui-même décalé par Payet, Griezmann place une tête décroisée dont lui seul a le secret. Puis, sur une remise de Giroud, le buteur de l’Atletico ajuste parfaitement Randolph. L’Eire finira le match à dix contre onze et n’enverra pas ses formidables supporters prendre de nouvelles places dans les gradins. L’Eire ne joue pas le football le plus élégant du monde mais la ferveur de ses fans vaut tous les plus beaux gestes. Les rues et bistrots de l’hexagone seront sans doute bien moins animés ces prochains jours. Dimanche prochain, à Saint-Denis, les Bleus ont quant à eux rendez-vous avec l’Angleterre ou l’Islande.