On a le droit d’aimer le football

Au lendemain de la victoire des Bleus face à l’Islande (5-2) en quarts de finale de l’Euro, on se prend à rêver d’un pays rassemblé autour de son métissage socio-culturel.

Il y avait bien longtemps que nous n’avions pas entendu le public du Stade de France chanter ainsi, répondant au traditionnel clapping islandais. Giroud a d’abord montré la voie, suivi par une tête surpuissante de Pogba, une frappe en finesse de Payet et une savoureuse pichenette de Griezmann. Une première mi-temps aux allures de récréation. Quatre buts étincelants face à des Islandais méconnaissables. A la reprise, le relâchement des Bleus leur coûtera deux buts, alors qu’une tête de Giroud met fin à tout suspens. Un match où Samuel Umtiti a montré l’étendu de son talent au poste de défenseur central. On comprend mieux pourquoi le FC Barcelone vient de sortir le chéquier.

Jeudi soir, à Marseille, ce sera l’ogre allemand. Autrement dit, les champions du Monde en titre. Diminués à la fois par des blessures et des suspensions, ces derniers seront coriaces, comme toujours. Mais les hommes de Deschamps ont cette folie en eux. Un jeu porté vers l’avant, des réseaux de passes, des frappes en première intention. Et ce fameux « french flair » qui peut faire basculer une rencontre, un stade, un pays tout entier. En ces temps moroses, oui, on a le droit d’aimer le football. Ce ballon rond a le don de nous rassembler. Et à nouveau nous plonger dans l’utopie d’une France unie.

Par ailleurs :
Découvrez l’association Tatane.
Lancé au printemps 2011, Tatane est un mouvement collectif et populaire pour un football durable et joyeux.
www.tatane.fr